• pablopatarin

Cyril Tricot : “La pollution des océans, on est tous concernés” [INTERVIEW]

Mis à jour : juin 12

[Publié le 8 juin 2021 dans L'Indépendant, par Pablo Patarin]


Ce 8 Juin, à l’occasion de la journée internationale des océans, nous avons échangé avec Cyril Tricot. Né à Céret, le spécialiste de la prise de vue sous-marine et compagnon de route de Nicolas Hulot sur l’émission Ushuaïa souhaite sensibiliser sur la dégradation des mers et océans qu’il a constaté au fil des ans.


- On dit parfois de la Méditerranée qu’elle est une mer sale. La dégradation des mers et océans, vous la percevez à quels niveaux au sein de votre travail ?


En tant que reporter, j’ai fais des images évocatrices, au fond d’eaux polluées par les déchets de tout un chacun, mais aussi par les pollutions industrielles liées à des déjections de produits peu recommandables. A la fin de l’été à quelques dizaines de km au large sur la côte, on peut constater que le fond de la mer est une vraie décharge. Rien qu’en me baladant à St-Cyprien comme tout un chacun, je vois des canettes, des mégots…. Il y a un véritable problème d’éducation à l’écologie. Je pense qu’en tant que faiseur d’image, mon rôle est “d'émerveiller pour sensibiliser”, comme le disait Hulot. C’est ce que nous faisions sur Ushuaïa, avec 6 à 10 M de téléspectateurs réguliers. Après, l’écologie devrait rentrer plus tôt dans les programmes de l’éducation nationale, car c’est encore un problème de riche. On ne peut pas reprocher à quelqu’un qui galère au quotidien pour se nourrir de ne pas s’en préoccuper.


- Quelles actions, locales ou non, avez-vous réalisé pour éduquer quant aux problématiques de pollution des océans ?


J’aime le coin et je fais le maximum pour essayer de le mettre en valeur tout en faisant passer des messages. J’ai réalisé une commande de National Geographic, aujourd’hui diffusée sur Disney Plus, nommée "Méditerranée : mer de Plastique”, à propos des déchets qui perturbent la biodiversité et sont ingurgités par des tortues. Par ailleurs, j’aimerais faire un petit inventaire pédagogique des poissons de nos côtes méditerranéennes pour éveiller les jeunes à leur environnement. Nous avons un superbe département et les gens n’en ont pas conscience. Les enfants sont plus sensibles aux choses qui leur sont proches. Même des poissons communs dans la région comme le rouget ou la dorade, peu de gamins les connaissent.


- Se rapprocher de la nature pour être plus sensible à sa protection… Cette logique a toujours été naturelle chez vous, sans mauvais jeu de mot ?

Comme il le dit souvent lui-même, Hulot est devenu écologiste au fil des ans. Pour moi, cela a toujours été naturel. J’ai grandi dedans. J’étais toujours fourré dans l’eau ou dans la nature. Mon terrain de jeu, c'était Banyuls. Puis je suis issu d’une famille de plongeur, comme mon fils qui aujourd’hui côtoie régulièrement les baleines et les dauphins en m’accompagnant parfois dans mon travail à l’autre bout du monde. La logique que j’essaye d’inculquer à mes enfants c’est qu’une bestiole qui me dérange je ne vais pas l’écraser. Une abeille, typiquement, a son rôle dans la nature et l'écosystème. Ce respect là passe par l’éducation.


- Au-delà de l’éveil des consciences individuelles, n’avez-vous pas l’espoir de faire changer les choses à d’autres échelles, au vu de votre notoriété dans le milieu ?


J’aurais été capable à une certaine époque d’embarquer avec Greenpeace si j’en avais eu l’opportunité. Aujourd’hui, j’ai pris une autre branche. J’ai eu la chance de côtoyer des univers différents. Pour Ushuaia, le but était surtout de faire de belles images. Pour Envoyé Spécial, j’ai réalisé des sujets polémiques comme la pêche au thon en Méditerranée et d’autres sujets qui étaient en mesure de faire bouger les choses. Il faut savoir doser, en lançant des alertes tout en ayant conscience que mettre un coup de pied dans la fourmilière peut limiter vos possibilités d’expression. Les initiatives individuelles qui se développent restent selon moi les plus puissantes, car il n’y a pas de juridiction suprême de l’écologie pour réguler les gouvernements et les lobbys.

2 vues0 commentaire